MÉDIATHÈQUE
ACTUALITÉ
LIENS
CONTACT-PLAN
CHAUMONT-SUR-THARONNE
Loading CHAUMONT-SUR-THARONNE
Commune :Chaumont-sur-tharonne
Adresse :10 rue de Romorantin
Code Postal :41600
Maire :M. Pascal GOUBERT
Téléphone :02.54.88.84.00
Fax :02.54.88.84.04
Mail :chaumont-sur-tharonne.mairie@wanadoo.fr
Site Web :www.chaumont-sur-tharonne.fr
Horaires :Du lundi au samedi de 9h à 12h sauf le mercredi
Population :1115 habitants
Superficie :8000 hectares

Principale manifestation

Fête de l'automne (3ème week-end de septembre)

  

Un peu d'histoire

A la porte de la Sologne des Etangs, à 35 km au sud d'Orléans et à 40 km de Chambord, Chaumont-sur-Tharonne, commune rurale et forestière, abrite un village aimable et typique avec ses maisons de briques rouges et ses rues concentriques autour de son église.

 

A l'origine, se trouvait certainement sur ce territoire (comme le confirme la découverte de 2 hâches de pierre polie) un campement de chasseurs et de pêcheurs. La Tharonne (du Celte "eau rapide") était alors favorable à la pêche.

 

Plus tard, vers l'an 7000 avant J.C., une tribu gauloise, les "Carnutes", s'y installe à son tour. Les nombreuses "tombelles" ou "tumuli" enfouis dans les bois qui entourent le village et les objets trouvés à l'intérieur de ces sépultures le prouvent abondamment.

 

Au temps des Gaulois, un ensemble de "fossés" et de "mottes" constituaient les pièces maîtresses d'un plan de défense organisé autour d'une butte centrale. C'est à l'époque gallo-romaine que cette butte, appelée "Calvus Mons" par les romains, fut aménagée en "oppidium" destiné à prévenir et à repousser l'envahisseur.

 

Au moyen-âge, sous son nom de "Chaumont-en-Soloigne", le village devenu prévôté royale est fortifié (comme le montre la plaque gravée qui se trouve sur la afaçade sud de l'église). Jeanne d'Arc viendra y faire une brève halte. De nombreuses maisons sont construites mais disparaîtront lors d'incendies.

 

Chaumont fut longtemps le siège d’une abbaye remplacée au 15ème / 17ème siècle par l’actuelle église Saint Etienne. Elle fut construite à une époque où le souvenir des grands raids de la Guerre de Cent ans étaient encore vivaces, d’où son clocher de 45 m de haut dominant la Sologne, sorte de donjon percé de meurtrières. Il fut utilisé militairement pendant les Guerres de Religion.

 

Un monastère existait à l’emplacement actuel de la Croix Blanche (qui ne deviendra auberge qu’en 1700). Un souterrain le reliait à l’église. Il se prolongeait jusqu’à la sortie du bourg et permettait de s’évader. A cette époque, un peuple d’artisans animait l’activité villageoise : potiers, tanneurs, cardeurs, tisserands… mais les guerres de religion et la révocation de l’Edit de Nantes mirent provisoirement un terme à l’essor du village.

 

Napoléon III s’intéressa au sort de la Sologne et c’est grâce à son intervention que notre région put retrouver un renouveau de prospérité jusqu’à la première guerre mondiale. Passant à Chaumont, il fit don du grand tableau qui orne la nef de l’église.

 

Chef-lieu de canton jusqu’au milieu du 19ème siècle, Chaumont perdit son titre au profit de Lamotte-Beuvron lors de la construction de la route Orléans-Vierzon.

 

Bien que le chemin de fer n’existe plus à Chaumont, les anciens se rappellent encore la petite gare et le café tout proche qui servait de refuge aux voyageurs attendant patiemment la venue du petit tacot.


La petite cité rurale d’aujourd’hui est résolument tournée vers l’avenir grâce
à son potentiel touristique, sa gastronomie et ses restaurants réputés, sa vie économique active et ses associations très vivantes. Notons la présence
d’artistes peintres et sculpteurs et ajoutons à tout cela de nombreux loisirs
ainsi que tout un réseau de petites routes et plus de 60 km de chemins
communaux, entre bois et étangs prêts à accueillir les amis de la nature.

 

Loading EtangLoading EgliseLoading Place de l'église
Loading VitrailLoading Voûte de l'égliseLoading Broc
Loading Châtaigners